Arrivée à la Pintana

Un texte écrit après avoir passé deux semaines au Chili mais qui est publié un peu plus tard faute d’avoir accès à un ordinateur digne de ce nom.
Samedi dernier, nous sommes parties dans nos familles respectives dans notre communauté d’accueil, le Barrio de La Pintana qui est un peu plus loin du centre-ville et de ses riches. Ici, c’était un campemento dans les années 70. C’est-à-dire que c’était un bidonville qui s’est peu à peu transformé en quartier avec des habitations de fortunes. Ici, on se sent loin du Québec. Juste avant de rentrer dans notre secteur, il y a un immense dépotoir dans lequel vivent encore les plus pauvres et beaucoup de chiens errants. Le clash était pas mal impressionnant le premier jour. Il y a plein de cochonneries dans la rue et c’est très sale!
Il y a beaucoup de poussière parce que les rues ne sont pas finies et il y a plein de smog en plus. D’ailleurs ça nous a pris des jours avant de pouvoir ENFIN apercevoir la majestueuse Cordillière tant la pollution est dense.
J’avoue que ma première impression était de capoter un peu. Nos premiers jours au centre-ville ressemblaient à une visite en ville, à Montréal. Par contre, ici, ça n’a rien à voir. J’ai eu un choc.
Les maisons sont raboutées pas mal. Il y a des portails qui se barrent partout pour la sécurité, les rues sont pleines de cochonneries et de chiens mal en point et on les entend japper jour et nuit. Il y a peu de voitures et ceux qui en ont les lavent tout le temps. Au départ, je ne comprenais pas cette obsession pour la propereté alors que tout est sale PARTOUT. Après j’ai compris qu’avec toute la poussière et la pollution, il est important de bien voir à travers les fenêtres de la voiture, surtout quand il fait noir dès 18h30 le soir…
Le premier jour que je suis arrivée, j’avais pas mal de peine de quitter les autres filles après 10 jours ensemble super intenses 24h sur 24. J’avais peur aussi que mon adaptation soit difficile, moi la petite nord américaine remplie de préjugés. Pourtant, j’ai eu la meilleure famille que j’aurais pu avoir…
Ma maman s’appelle Susana et mon papa Juan. Ils ont deux fils qui ont 25 et 28 ans. Ils ont respectivement 2 et 3 enfants. Même si j’habite théoriquement seule avec mes parents, la maison est toujours remplie. Les soeurs et la mère de ma maman vivent toutes à côté d’ici. Les cousins et les cousines sont toujours ici, ça rentre et sort à tout moment. C’est un milieu de vie assez vivant. Ma maman tient un petit salon de coiffure chez elle et mon papa est charpentier. Il travaille sur la construction. Il travaille de 6h am à 19h chaque jour en plus du transport en micro (bus) et métro qui lui prend 1h30 le matin et 1h30 le soir.
Ma maman s’occupe beaucoup de sa mère qui vit chez sa soeur à quelques maisons. Une autre fille vit chez sa soeur à côté d’ici. Nous sommes donc cousines et on se voit 2-3 fois par jour! Elles se voient tout le temps *nos mamans* alors on se voit toujours. C’est drôle cette proximité familiale qui me donne l’impression de vivre dans ma propre famille à Mont-Joli, mais avec pas mal plus d’intensité.
Mes parents d’ici sont super gentils et attentionnés avec moi. J’ai une belle petite chambre. Je m’y sens bien. Mais il fait froid! Il y a des trous dans les murs, autour de la fenêtre et il y a seulement une feuille de gyproc. *pas de matériel extérieur ni d’isolation. Les murs sont sales, ma vraie mère super propre ne tiendrait pas 5 minutes… Ici, le ménage est une chose plus secondaire que chez nous, au Canada. Ici, on vit, on se nourrit des liens humains et affectifs. Le reste est secondaire. Mais ne vous inquiétez pas, j’ai de l’eau chaude, du courant, je me lave chaque jour et même s’il fait froid, ils ont installé une immense chauffrette au propane dans ma chambre avec une dizaine de couvertures dans mon lit. Le premier soir j’ai tellement gelé! Il faut dire que nous sommes allés à une fête, que nous sommes rentrés à 4h am et qu’il n’y avait pas eu de chaufferette allumée depuis des heures chez moi. J’ai dormi ce soir-là avec 5 chandails, 3 paires de bas, 2 pantalons, dans mon sleeping, avec ma tuque, mes mitaines et un gros foulard. Il faisait 4 degrés dans la maison mais avec l’humidité, c’était l’ENFER! Le lendemain, malgré mes protestations, ils ont installé la chaufferette et maintenant je suis bien.
Parlant de ça, j’ai rapidement été initée à la famille. Tout le monde est venu me voir la première journée et tout le monde a été super gentil. Je me sens comme une attraction. Il y a 15 minutes, ils étaient 3 neveux et un petit-fils à regarder ce que j’écris et me poser des questions! Ils sont super cutes.
Aussi, le premier soir j’ai eu droit à une Hasado, un espèce de BBQ familial pour fêter l’anniversaire de mariage de la soeur de ma maman. Nous étions 30-40. Il y avait plein de jeunes de mon âge et j’étais avec ma *cousine*, l’autre fille de la gang. On a vraiment échangé sur nos cultures et mon niveau d’espagnol a dû quadrupler durant la fête. Je me sentais comme dans une épluchette de blé d’inde dans ma famille. Il y avait les gars d’un bord autour de toute la viande qui cuisait doucement sur le feu de charbon pendant que les jeunes buvaient en jasant et que les femmes s’affairaient en cuisine en riant super fort en se rappellant des souvenirs du mariage. La bouffe était HALLUCINANTE! En fait, je pense que je vais revenir obèse d’ici. On mange 4 fois par jour! Un déjeuner avec des fruits et du pain le matin, un dîner vers 14h, on mange un repas super consistant pour la once vers 16h et on remange encore du pain avec du beurre en soirée vers 22h. JE CAPOTE!
Ma maman cuisine super bien, tout est vraiment super bon. Ils me demandent beaucoup ce que je veux dans l’épicerie. Mais aussi, je fais ma part en aidant ma maman à cuisiner et à faire la vaisselle. On sent la culture machiste pas mal. La femme s’occupe de la maison et la bouffe et le gars travaille. Mais Juan aide aussi Susana. Il est super fin!
Ici, les fêtes de famille s’étirent sans fin jusqu’aux petites heures du matin *4-5h et ça arrive TOUT le temps!
C’est difficile de comprendre comment ils font pour vivre ainsi, se lever vers 9h am et se coucher aux petites heures CHAQUE JOUR. Le mode de vie est axé sur le soir et ça se ressent. Par exemple, les téléromans et série de la télé sont toujours vers 23h!
Aussi, la télé giga immense trône au centre du mini salon et elle joue toute la journée. La technologie est omniprésente, tout le monde a son cellulaire… même le petit Cristobal de 6 ans!!!
C’est assez fou!
Ici, il existe un concept de petits marchés publics qui existent tout au long de l’année, mais ils sont énormes même dans les petits quartiers comme le mien. Ils font des rues entières qui sont fermées pendant les jours de Féria *comme on les appelle. Il y en a les samedi, dimanche et mercredi. Là-bas, on trouve de tout, mais quand je dis de tout c’est vraiment tout! Des bobettes, aux laitues, en passant par les poissons, la viande et les produits électroniques. Tout est à petit prix. On fait pas mal l’épicerie là. Il y a plein de petits marchands et c’est le fun de jaser avec eux. Les produits sont bons et frais. Je suis vraiment chanceuse de manger aussi bien, certaines filles sont condamnées à des trucs frits, des patates et peu de légumes.
Je suis en cure de café depuis mon arrivée ici. Le café est DÉGEULASSE. C’est de l’instant et il goûte vraiment mauvais, en plus ils le noient dans une tonne de sucre et sans lait. BEURK. Le thé est pas mal, sinon je suis devenue accroc au Yerba Maté! C’est une sorte d’herbe séchée qui se boit avec un peu d’eau chaude dans un pot en bois avec une paille en métal qui sert de filtre. C’est super bon et j’en bois beaucoup pour me réchauffer.
La semaine ma famille est plus tranquille, mais le weekend le party pogne assez vite. Par exemple, ce soir, samedi, nous avons une fête de bienvenue chez ma « cousine » pour fêter notre arrivée. Il y a plein de monde qui va venir et les soeurs de ma maman se sont préparées toute la journée pour ça! Elles ont toutes refait faire leur teinture par ma maman et ils ont repeinturé l’entrée à la maison de ma « cousine ». Ils sont VRAIMENT intenses! Quand je vous dis qu’ils sont acceuillants.
Ma famille et celle de Christine dans l'une de nos nombreuses caretes familiales.
Ma famille et celle de Christine dans l’une de nos nombreuses caretes familiales.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s