L’heure de réfléchir

Je suppose que ceux qui me connaissent bien le savent déjà et que les autres s’en doutent, mais je l’affirme officiellement tout de même ici : 2014 aura été une bien meilleure année que 2013. Pour moi, en tout cas.

L’an dernier, je suis passée d’une année à l’autre en étant angoissée et tourmentée, ne voyant que le néant devant moi. Je ne savais absolument pas ce qu’allait me réserver la nouvelle année. J’étais devant rien. Je n’étais pas encore passée à autre chose comme c’est souvent le cas lorsqu’on vit une dépression ou tout autres moments plus difficiles dans nos vies, on ne suit pas vraiment un calendrier précis. Ce n’est pas parce que l’année se termine qu’on peut tout effacer et recommencer au premier janvier. Je trouve donc, en ce sens, que les souhaits et résolutions du Nouvel An sont plutôt dépassés…

Pourtant, j’aime bien profiter de cette période pour faire un rapport d’étape sur ma vie, les derniers mois et les prochains. Quand je regarde les 12 derniers mois, je vois clairement que j’ai progressé à pas de géant, bien plus que dans toute ma vie, auparavant. Je n’ai pas nécessairement accompli de grandes choses qui passeront à l’histoire, mais au moins, j’ai réussi personnellement à avancer considérablement sur plusieurs plans, bien au-delà de ce que je me croyais capable. Justement, j’ai appris à mieux me connaître et cela est, me semble-t-il, une chose très importante pour arriver à se fixer des limites et des objectifs.

J’ai franchi un premier pas important en démissionnant officiellement de mon job de journaliste. Y repenser en l’écrivant me fait sourire tant ce moment a été heureux pour moi, bien que je l’anticipais d’abord comme le pire échec de ma vie. Retirer cette énorme pression de mes épaules m’a tellement apporté de bonheur et je peux affirmer 11 mois plus tard que je ne regrette absolument pas de l’avoir fait. Annoncer ma démission à mon grand patron aura été la plus belle libération. Malgré cela, je me rends bien compte que même si cet évènement marquant date déjà de plusieurs mois, je suis encore tourmentée par ce qui l’a précédé. Tout récemment, il y a deux nuits, j’ai fait des cauchemars dans lesquels je revivais ma vie d’avant, avec un patron bourreau qui s’acharnait sur moi en me menaçant, alors que j’étais terrorisée à l’idée de ne pas bien faire mon travail. Ces souvenirs qui me hantent toujours me prouvent une fois de plus que cet épisode de ma vie n’est pas sur le point de s’effacer de ma mémoire. En fait, je doute même y parvenir un jour. J’y pense moins plus le temps passe, mais tout de même, j’ai quelques flashbacks qui me remontent de temps à autres, peut-être pour me forcer à garder en tête qu’il ne faut plus jamais que je me rende là.

En osant appliquer sur un emploi dans un domaine qui m’étais inconnu, j’ai franchi un autre pas. Arriver à me démarquer suffisamment pour être choisie parmi d’autres candidats m’a démontré que j’avais la capacité de réussir. Ça m’a fait tellement de bien! Ça été un vrai baume sur mes blessures professionnelles d’avant. Je me sens appréciée pour mon travail, je sens que je suis capable de réussir ce que je fais présentement et j’ai de la reconnaissance de la part de mes pairs. Cela est extrêmement rare sur le marché du travail dans notre contexte actuel et je le sais fort bien. Toutefois, j’estime que j’ai assez payé dans ma vie professionnelle d’avant et que c’est le retour du balancier. J’en profite donc chaque jour puisque ce contrat s’achèvera immanquablement à la fin de mars, faute de moyens financiers. Au terme de celui-ci, j’aurai accompli quelque chose que je rêvais de faire bien plus tard dans ma vie : Écrire un livre ! Je n’en reviens pas encore!

J’ai également fait un pas vers un rêve que je remettais à plus tard depuis trop longtemps lorsque j’ai appliqué pour faire du bénévolat auprès d’une personne âgée. La rencontre avec mon amie Réjeanne aura été un moment très fort dans mon année. Alors que je n’avais aucune expérience de cette maladie et en ne sachant pas quelle personne on allait me référer, j’ai décidé de foncer, la tête baissée. Et heureusement, puisque les liens tissés avec cette dame sont d’une grande richesse pour moi. Je sais que tant que je le pourrai, je veux continuer de voir une personne âgée chaque semaine, même lorsque Réjeanne ne sera plus là. Aider une autre personne m’aide tellement moi-même!

Après des années d’écriture à la troisième personne du singulier ou du pluriel, j’ai décidé de donner la plume à ma première personne via ce blogue qui était mort depuis longtemps. Au départ, j’avais beaucoup d’émotions à verbaliser et je préférais garder mes écrits dans un carnet loin des yeux d’autrui. Puis, de façon anonyme, j’ai commencé à pianoter sur les touches de mon clavier. Peu à peu, j’ai pris de l’assurance et fait quelques partages ici et là, mais sans plus. J’ai plus d’aisance à parler de moi mais je préfère toujours, et de loin, raconter la vie des autres. Pour le moment, cela me satisfait. Peut-être qu’en 2015 j’oserai encore plus… Qui sait?

J’ai remonté les marches menant à l’université cet automne, pour la première fois en cinq ans. J’avais peur au départ de me sentir vieille et pas adaptée dans un programme totalement inconnu pour moi. Au contraire, les deux cours suivis m’ont permis de constater finalement que mon nouvel emploi et mon expérience personnelle me servent grandement!

J’ai fait un grand saut quand j’ai décidé d’appliquer pour stage de coopération au Chili. Il y avait un bon moment que j’y réfléchissais en me disant qu’il était trop tard pour moi, que j’avais manqué ma chance de voyager dans ma jeunesse. Après coup, je pense que je n’étais probablement pas aussi prête que je le suis maintenant. C’est sans doute ce qui m’a permis d’avoir ma place au sein d’un groupe de dix filles qui vivront cette aventure. L’obtention de ce stage était inespérée. Je ne réalise pas encore complètement que je partirais, moi, cet été, pendant trois mois, au Chili! C’est la chose dont je suis le plus fière jusqu’à présent, bien plus que d’avoir un emploi de journaliste ou une feuille de papier qui atteste que j’ai suivi des cours.

Ces pas que j’ai fait concrètement à l’extérieur, m’ont permis de cheminer aussi à l’intérieur. Je pense que j’ai grandi dans les 12 derniers mois. J’ai évolué. J’ai changé ma façon de percevoir certaines choses. Je suis plus à l’écoute de mes envies et mes besoins au lieu de toujours me fier sur les autres. J’ai décidé de miser sur des liens affectifs qui ne se comptent plus en quantité mais bien en qualité. J’estime que dans la dernière année j’ai vu moins d’amis à la fois, mais que le temps passé avec chacun en était de qualité. Pour la première fois de ma vie, j’ai fait du ménage autour de moi et ça m’a fait le plus grand bien! Certaines personnes nous polluent réellement sans que l’on ne s’en aperçoive et je le constate aujourd’hui mieux que jamais.

Ce qui extraordinaire avec tous ces pas faits dans la dernière année, c’est que je les ai tous faits moi-même, un à un, pour moi. J’ai appris à avancer un pas à la fois vers ce que je voulais vraiment. J’ai cessé de m’immobiliser ou d’avancer pour faire plaisir aux autres. Quelle liberté! J’ai fait chaque choix dans les diverses sphères de ma vie pour les bonnes raisons, sans me fier au jugement des autres, mais plutôt au mien. J’ai longtemps mis mes intuitions de côté par manque de confiance. Cette année, j’ai écouté cette petite voix et je n’en reviens pas de tout ce que j’ai réussi à accomplir.

Je ne veux pas prendre de résolution pour 2015. Tout ce que je veux, c’est la poursuite d’une vie équilibrée comme celle que j’ai en ce moment. J’ai des rêves et des objectifs qui me poussent à faire d’autres pas, bien entendu, mais ce n’est pas le fait de changer le calendrier qui me motive à les faire.

À ceux qui suivent ce blogue, de près ou de loin, merci et Bonne Année !

XX

Publicités

Une réflexion sur “L’heure de réfléchir

  1. S’accrocher à ses rêves paie à ce que je vois !
    Les mots qui découlent de ta plume m’accrochent toujours autant, j’espère sincèrement que tu iras loin !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s